11ème Apéro de L’Avenir : L’Humain plus fort que le Marché …

11ème Apéro de L’Avenir : L’Humain plus fort que le Marché …

… et l’évêque de Blois « en consonance » avec L’AVenir pour Tous.

A la veille des 3 ans de présidence de François Hollande se tenait, ce 5 mai 2015, le 11ème Apéro de L’AVenir pour Tous (LAVT), à l’invitation de Claude et Christine Mazet, que nous tenons à remercier ici pour la chaleur de leur accueil et l’excellence de leur buffet.

IMG_0732Grâce à eux, nous avons eu la joie de voir réunis une cinquantaine de personnes autour de Mgr Jean-Pierre Batut, évêque de Blois et ami de 20 ans de la famille, à qui Virginie Tellenne et Xavier Bongibault, entourés de nombreux fidèles de 2013, ont pu présenter la philosophie citoyenne,  républicaine et chrétienne, comme les objectifs humanistes, sociétaux et politiques de L’AVenir pour Tous (LAVT). L’assemblée a pris connaissance des voies et moyens que propose  LAVT pour le seul objectif qui nous motive depuis septembre 2012, et nous le savons, qui est largement partagé en France : le retour à la seule filiation biologique universelle dès 2017, par le rassemblement du plus grand nombre, à commencer par les manifestants de 2013. Mais aussi par l’apport de nouveaux venus, homos comme cathos, qui ouvrent progressivement les yeux, et finalement, n’attendaient que cela.

Pour soutenir cette prise de conscience sur la filiation biologique universelle, LAVT cherche à informer et rassembler via les Débats & Apéros de l’Avenir, afin de créer un maillage territorial de tous les partisans de la réforme de la loi Taubira, non abolitionniste des droits d’union des couples homosexuels. Il s’agit aussi bien de préparer les conditions du dialogue par la base avec les têtes de réseaux de 2013, afin que tous puissent exposer leurs visions et solutions politiques devant les manifestants de 2013, dans des rencontres conviviales et respectueuses des points de vue de chacun. Ainsi reconstitué dans le partage, le mouvement des Valeurs de l’Humain émergé le 13 janvier 2013 pourra, par son poids électoral retrouvé dans une nouvelle unité, obtenir des candidats à l’élection présidentielle qu’ils inscrivent la réforme de la loi Taubira dans leur programme. Ainsi le « candidat de la filiation bio. » sera élu par cet élan renouvelé du Mouvement des Consciences et n’aura aucun mal, avec sa majorité présidentielle légitime, à procéder à ce retour aux fondamentaux de notre civilisation humaniste et chrétienne.

DSC_0114Aidée de visuels explicatifs, Virginie Tellenne s’est attachée à définir ainsi le but qui réunit la majorité des Français, pour peu qu’ils soient informés, au-delà des camps politiques et sociétaux et quelles que soient les orientations ce chacun : libérer l’Humain des contraintes idéologiques ultra-libérales et ultra-religieuses, pour le rendre à nouveau plus fort que le marché. Oui, lutter contre la marchandisation de la personne humaine par le dialogue et la rencontre, telle est la philosophie active de L’Avenir pour Tous, comme celle de tous ses partenaires politiques et religieux. La présidente de LAVT a rappelé l’importance de faire émerger, à côté des associations, réseaux et partis traditionnels, un mouvement de citoyens chrétien et républicain, nouveau dans l’espace public et situé en amont des politiques. Il défend le principe fondamental de la vie dans le respect juridique des institutions et des états de vie de toutes les personnes (sauf ceux portant atteinte à l’ordre public, évidemment). Son but ultime est de préserver la France des conflits entre minorités, en retrouvant l’unité de la nation fondée sur son identité humaine par la conscientisation des citoyens. LAVT agit concrètement pour éviter le « choc des civilisations » et travailler ardemment à la paix civile et religieuse, dans notre pays en proie au terrorisme et à la radicalisation.

Aussi, le programme juridique de L’Avenir pour Tous concerne aussi bien le niveau international que national, avec l’inscription de l’identité Homme-Femme dans la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme, comme celle de la filiation biologique garantie par le mariage homme-femme dans la Constitution, et la novation de la loi Taubira en union civile égale hors filiation pour les couples de personnes de même sexe.

A l’issue de l’exposé de l’Avenir pour Tous, Monseigneur Batut s’est dit « en consonance » avec le discours général,  a souligné la clarté du propos et des objectifs, en demandant à Virginie Tellenne de préciser les moyens de restaurer la mariage comme union de l’homme et de la femme; ce qu’elle a fait en distinguant l’annonce à la société qui ne peut heurter les réalités homosexuelles par le terme d' »abrogation de la loi » et sans donner de place à une union alternative constitutive du « mariage homo », et la technique juridique de réécriture des articles du code civil qui ont ouvert l’institution du mariage procréatif et sa filiation aux couples non procréatifs entre eux.

La solution est donc bien de conserver la loi Taubira en réservant l’article 143 « du mariage » aux couples homme-femme et en abrogeant l’article 6-1 du Code civil qui étend l’adoption filiative aux couples de même sexe, afin de réserver cette extension de la filiation biologique aux couples homme-femme et aux enfants orphelins par abandon ou mort des parents biologiques. Pas par conception marchande, PMAnonyme ou GPA. Parallèlement, il faut instituer dans un titre nouveau du Code Civil une union civile conjugale (égale en mairie), où tous les droits patrimoniaux et sociaux du mariage sont conservés aux couples de même sexe hors l’adoption filiative. Cette solution de sauvetage du mariage filiatif et de la filiation biologique par une union civile égale en mairie, défendue dès septembre 2012  par la porte-parole médiatique qu’était alors Virginie Tellenne-Frigide Barjot à la fondation commune de la Manif pour Tous, était acceptée par tous (sauf Alliance Vita) en septembre 2012. L’union civile était même mentionnée comme solution alternative sur les tracts de novembre 2012. C’est pourtant elle, l’union civile égale sans filiation qui, au vote de la loi le 23 avril 2013, a créé la séparation d’avec LMPT et obligé Virginie Tellenne à créer simultanément  mouvement porteur de cette solution juridique, L’Avenir pour Tous. Plébiscitée par les Français en mai 2013 (54% pour union civile sans filiation contre 36% pour mariage Taubira) comme par les 40 000 consultés par LMPT (pp.25/37, 68% pour union civile) en 2013 et 2015, cette solution était énoncée dès le 5 avril 2013 puis formalisée dans la Charte de Réforme de L’Avenir pour Tous. Elle fait aujourd’hui l’objet de la seule proposition de loi  de réforme de la loi TAubira, déposée le 26 novembre 2014 par le député-maire du Touquet Daniel Fasquelle,  signée par une trentaine de députés et enregistrée au bureau de l’Assemblée nationale sous le n°2401. Cette réforme, toujours perfectible, mais qui a l’immense mérite politique d’exister, n’attend plus pour devenir réalité, qu’une majorité politique en 2017, formée par l’adhésion populaire issue de 2013 et rassemblée dans la perspective de la campagne présidentielle de 2017, avec l’aide des sondages et de LAVT; aux réticents à militer pour une union homosexuelle dont ils pensent qu’elle pervertit le mariage, LAVT les invite à rejoindre  sur la demande d’inscription de la filiation biologique garantie par le mariage dans la Constitution.

Mgr Batut a ajouté qu’au-delà du politique et même du religieux, une réflexion philosophique sur la nature humaine et ses limites devait être ainsi proposée à toute la société. Ce à quoi Virginie Tellenne a répondu que c’était effectivement le rôle de L’Avenir pour Tous, qui demandait aux représentants de l’Eglise, comme aux représentants du gouvernement, – rencontré en la personne de Malek Boutih, député de l’Essonne, et à la demande du ministre de l’Intérieur, le 17 avril dernier, pour réfléchir à la dé-radicalisation de la jeunesse en France –, que tous les lieux de débats et de dialogue, églises et mosquées les premières, soient ouvertes aux laïcs citoyens, croyants ou non, pour y rappeler ces fondamentaux, par le débat au-delà de la prière. Virginie Tellenne a ainsi rappelé à Malek Boutih, comme précédemment aux évêques qu’elle a pu rencontrer depuis 2013 (Mgrs Barbarin, Moulins-Beaufort, Rey, Dagens, Cattenoze, Descubes, etc) que seuls la rencontre et le dialogue sont les moyens de lutter efficacement contre les montées parallèles de l’islamophobie et de l’antisémitisme, qui vont de paire avec l’homophobie.

C’est ce que le témoignage de Maxime Lesour, nouveau participant favorable au Mariage pour Tous en 2013, et très virulent à l’époque sur Twitter contre les leaders du mouvement d’opposition, a pu, de ce point de vue, parfaitement illustrer. Courageusement il a déclaré qu’il était lui-même homosexuel, mais qu’il ne le clamait pas partout, car, a-t-il souligné « je trouve extrêmement vulgaire de porter sa sexualité en étendard « . Il a ainsi devant l’évêque de Blois, demandé d’engager d’urgence le débat face au drame de la mise sur le marché de l’Humain, dont les homosexuels ne doivent être ni les comptables, ni les complices. C’est dans cet esprit qu’il a qualifié la GPA pratiquée dans les pays économiquement faibles  de « prostitution du XXIe siècle, réservée à une élite exploitant les femmes pauvres« .

Maxime a lui aussi plaidé pour que l’Eglise aide à la mise en place de solutions qui respectent la personne humaine, et toutes les composantes de la société, et qu’ainsi les catholiques ignorants apprennent à connaître la réalité de l’homosexualité, loin des clichés médiatiques.

« L’homosexualité n’est pas une maladie, ce n’est pas contagieux.C’est une particularité intégrante, involontaire et inaltérable de l’individu » a-t-il souligné. Parlant directement à l’évêque de Blois, Maxime a affirmé que « l’on ne choisit pas d’être troublé par le sourire de sa charmante voisine, ou au contraire par celui de son beau collègue. Ces émotions mystérieuses s’imposent à chacun d’entre nous. »
Mais il a aussi rappelé que chaque groupe ou caste minoritaire obtenant des avantages ou privilèges immérités le paie un jour. Il a fait part de sa crainte que la revendication excessive – et déjà obtenue pour la filiation – d’une part négligeable des lobbys LGBT ne finisse par exacerber une homophobie « culturelle » latente : c’est bien dans le but de la faire disparaître, en prenant connaissance des motivations réelles des manifestants de 2013, que Maxime avait appelé Virginie la veille. Il voulait être sûr d’être accueilli à L’Avenir pour Tous par ses représentants et leurs sympathisants pour pouvoir y accueillir prochainement, à son exemple, leurs adversaires, quelques LGBT comme quelques LMPT  aussi intransigeants les uns que les autres sur une solution médiane d’apaisement. Elle ne manquera pas de se faire jour par cet engagement d’un débat public sur l’éthique avec l’ensemble des franges de notre société. « Il en va de l’intérêt de tous, Monseigneur ! ».

C’est cela aussi, l’exception culturelle française : celle qui reconnaît la nature humaine homme et femme, comme la juste place des homosexuels qui la reconnaissent dans la société. En acceptant de se dépouiller d’une filiation juridique excessive, déconnectée de la biologie, et qui donne libre prise au Marché sur l’Humain, ce sont les homosexuels qui les premiers préserveront l’identité humaine Homme-Femme. Par leur renonciation volontaire que manifeste leur soutien à la réforme de la loi Taubira, ils reconnaissent les limites de la nature humaine, et incarnent la « nouvelle frontière éthique » à la marchandisation de l’Humain. Voilà la justification fondamentale qui aidera certains catholiques encore réticents à leur reconnaître une union légitime dans la société. Ainsi, comme nous l’avons vécu lors de cet Apéro de la diversité, sous le regard bienveillant de  l’Eglise, homos et cathos se réconcilieront dans les deux ans à venir et donneront ensemble en 2017 à la France sa nouvelle identité de patrie des Droits de l’Humain.

C’est bien à ce rassemblement que travaille d’arrache-pied L’Avenir pour Tous avec les Débats et Apéros aujourd’hui, comme hier dans les manifs unitaires de 2013 : c’est ec que signfie ce dialogue face à l’évêque, au cœur d’une assemblée composée de catholiques et d’homosexuels, rassurés les uns sur les autres, et qui ensemble ne demande qu’à être convaincue de la possibilité de réussir en 2017 : cela l’est évidemment, par la volonté de chacun, libéré de phobies archaïques, d’agir en citoyen responsable pour rassembler le plus grand nombre sur l’universalité de l’identité homme-femme alliée à la reconnaissance nouvelle des spécificités de chacun !

DSC_0108Cette volonté de réconciliation et de rassemblement était perceptible dans toute l’assistance, pressée de comprendre pour mieux sortir de la séparation avec LMPT. Loin de s’appesantir sur le passé, Xavier Bongibault a rappelé que toutes les explications étaient dans le livre de Virginie Tellenne, paru le 13 mars 2014  chez Salvator, « Qui suis-je pour juger?« , et que le temps était désormais à la construction de l’avenir par le pardon mutuel, préambule de l’indispensable réconciliation. Pour se faire, il  a lancé un vibrant appel à la mobilisation de chacun, rappelant que nous sommes tous responsables, jusqu’au plus anonyme d’entre nous, de la situation de notre mouvement social global, qui, s’il est reconstitué entre LAVT et LMPT par les efforts de chacun, sera à nouveau majoritaire en France, et donc en mesure d’obtenir la réforme de la loi Taubira. C’est pourquoi chacun doit prendre sa place de L’AVenir pour Tous selon ses talents, ses origines et son histoire, pour entrer en dialogue avec LMPT et les autres associations issues du mouvement unitaire de 2013.

Les moyens sont simples :  soit par l’organisation des Débats de l’Avenir, et à défaut de représentants des autres associations, par celle d’Apéros de l’Avenir, qui réunissent les simples citoyens. Pour le dialogue avec la société, chacun peut informer de la mission de rassemblement de LAVT par une intervention paisible mais quotidienne sur les réseaux sociaux; mais avant toute chose, le secrétaire général a rappelé la nécessité de la participation de chacun à l’existence même de LAVT par des adhésions nouvelles et des dons mensualisés, ainsi que par le soutien aux Z’amis de Frigide Barjot : ils s’occupent de la défense tant médiatique qu’économique de la présidente de L’AVenir pour Tous et de sa famille. Car chacun doit comprendre que désormais les vies de Virginie comme de Xavier sont intégralement, 7j/7 et 365 jours par an, consacrées au retour à  la filiation biologique en France, par le regroupement à LAVT des manifestants convaincus par leur projet de réforme. Et rien ni personne ne pourra les en détourner, jusqu’à ce que leur mission soit accomplie par  l’élection du « président de la filiation biologique », le 7 mai 2017 prochain.

IMG_0741Forts de cet objectif, les participants se sont ensuite retrouvés autour d’un verre de l’amitié, et ont chaudement remercié Mgr Batut de ses précieuses interventions. Virginie Tellenne a félicité Julie Graziani (Ensemble pour le Bien commun) pour le don bénéfique de  sa personne à la cause, elle, la « tombeuse» d’Alain Juppé sur France 2 et a embrassé Nathalie de Williencourt (Homovox), fidèle de la première heure de la ligne « unioniste ».  Devant cette union nouvelle qui se fait jour sous les yeux de nos prélats,  nombre de jeunes sont repartis ragaillardis et prêts à organiser prochainement des Apéros/Débats de l’Avenir partout en France.

Le prochain et 12ème aura lieu au lendemain des 2 ans de la promulgation de la loi Taubira par François Hollande, le lundi 18 mai prochain à Viroflay. Vous pouvez vous y inscrire ici. ou envoyer vos questions à [email protected]

L'Avenir pour Tous
dépend de vous :
faites un don !

Revenir en haut de la page