POUR NOËL, PENSEZ AUX CADEAUX ENGAGÉS POUR NOTRE HUMANITÉ BIO !

POUR NOËL, PENSEZ AUX CADEAUX ENGAGÉS POUR NOTRE HUMANITÉ BIO !

Paris, samedi 21 décembre 2019

POUR NOËL, OFFREZ DES CADEAUX AUSSI DISTRAYANTS

QU’INDISPENSABLES À LA BONNE SANTÉ DE VOTRE HUMANITÉ !

Chers amis de L’Avenir pour Tous

À l’occasion des fêtes de Noël – pour les étourdis, la naissance de l’enfant Jésus, pour les encore croyants, Dieu né Homme de l’Esprit Saint et de sa mère biologique Marie, et élevé par son père social Joseph –, nous voulons vous proposer la saga familiale des livres de Virginie Tellenne (Frigide Barjot) depuis 20 ans, l’âge de ses enfants et de son cheminement vers Jésus. Ils vous permettront de vous distraire voire même de rire – tout en vous aidant à comprendre l’évolution du couple, de la famille, de l’homme, de la femme, et surtout de la procréation de leurs enfants depuis les années 2000. Toutes les motivations de Virginie Tellenne – la vie, l’amour, de l’homme, de la femme, et de leurs enfants – étaient déjà bien présentes, pour ne pas dire prémonitoires, bien avant qu’elle ne s’engage concrètement à la tête des manifs pour la procréation de l’Enfant, maintenue entre l’Homme et la Femme, en couple ou non, et dans toutes les formes de familles.

Vous constaterez aisément les deux périodes éditoriales de Virginie Merle, devenue Frigide Barjot, puis de Virginie Tellenne, devenue représentante citoyenne : l’une correspond à sa vie privée profane, qui va évoluer, vers l’autre, en vie publique chrétienne, tandis qu’émerge sa foi avec l’édification de sa famille.

Vous pouvez ainsi choisir le mode parodique et humoristique de la Frigide Barjot créée en 1988 par Basile de Koch à Jalons, et qui caractérise « J’élève mon mari« , (Lattès, 2001) – écrit à l’occasion de la naissance de ses enfants avec le sien, sur la méthode d’avoir encore un mari bien élevé à la maison, et bien avant la loi Taubira de 2013. Il est suivi logiquement de « J’éduque mes parents » (Lattès, 2004) – sur les différentes sortes de familles, leurs codes et leurs avantages respectifs (bien avant la famille unipersonnelle ou bimaternelle de 2019), pour aboutir au « Manuel de survie de la femme moderne«  (Presses de la Renaissance, 2007) qui met en cause l’autonomie chérie des féministes, bien avant la loi de PMA anonyme sans homme de 2020, assignée aux femmes seules ou en couples de femmes… ou mixtes !

Mas la réalité rejoint la blague, ce qui vaut le passage au sérieux et au grand public de votre « Sainte Frigide » et ses mauvais garçons, de sa conversion  aux manifs milionnaires de 2012-13. C’est avec cette re-lecture des trois ouvrages suivants que l’ont comprend que le succès des manifs venait du fait qu’elles intégraient la reconnaissance des couples homos dans l’union civile, cette arme fatale contre le mariage reproductif Taubira de 2012. Arme fatale évincée avec pasionaria et mauvais garçons, les 5 et 26 mai 2013, date de la funeste séparation de l’Eglise et du Peuple. Celui des citoyens gardiens de toute procréation sexuée face au marché…

Nos manifs furent annoncées par les « Confessions d’une catho branchée » (Plon, 2011), qui ne sont autres que les événements de la vie de Virginie Merle, épouse Tellenne : fille, femme et mère engagée pour donner la vie comme épouse et mère, mais surtout pour maintenir, comme représentante nationale, le principe procréatif de cette vie donnée par amour. Elle la vivra spectatrice de sa propre naissance par son père et sa mère, et malheureuse de leur divorce et de la division généralisée de la société.

Virginie se réveillera sous Barjot, engagée par sa renaissance à Jésus, de la préparation de son mariage à la venue de ses enfants, nés de son mari Basile et de deux grossesses pleinement vécues (+ 35 kgs). Sa maternité lui ouvrira les yeux sur le monde, mais aussi les portes médiatiques de « On a tout essayé » sur France 2 et les faveurs de l’Église. Sa Mère spirituelle accueillera ses confessions et la fera mûrir jusqu’à son engagement radical dans le grand mouvement populaire qu’elle portait dans son cœur et ses tripes. Avec un projet de bébé BIO (PMA BIO des parents géniteurs avec coparentalité des parents éducateurs), opposé à celui des ministères (bébé bientôt OGM parPMA anonyme pour tous) mais aussi à celle des évêchés (pas de bébé du tout par PMA sauf pour les couples hétéros mariés car aucun bébé pour les homos et les célibataires).

Ainsi, retrouvez la vraie histoire des manifs historiques et de leur division politique dans « Qui suis-je pour juger ? » (Salvator, 2014), et découvrez les solutions d’avenir que Virginie Tellenne et Xavier Bongibault portent pour un nouveau rassemblement populaire : utiliser les plate-formes numériques pour faire exister la demande de 2013. Cette demade consiste en ce que tous les bébés demeurent nés d’un homme et d’une femme, face à la loi de reproduction techno-eugéniste pour tous, qui sera votée en 2020 par la fille aînée de l’Eglise.

Alors profitez à fond de votre dernier Noël bioHumain, en prenant vos forces inédites de « L’Humain plus fort que le Marché » (Salvator, 2015).

Entre rires revigorants et bébés bios pour tous, vous avez le choix ! Le meilleur étant de suivre ce doux mélange de notre petite et grande histoire : celle incroyable de l’amour, de la vie, de l’homme, de la femme et de leurs enfants.
Bref, de vous, de vos familles, de notre France. Et de sa résistance !

Joyeux Noël à tous ! L’AVenir pour Tous (LAVT)

L’Humain plus fort que le Marché – Salvator – 2015

Après son opposition historique à la loi Taubira ouvrant le mariage procréatif, et donc la procréation sans homme ni femme géniteurs aux personnes de même sexe en couple marié, et aujourd’hui à toute personne hors couple, Virginie Tellenne (Frigide Barjot) explique comment rétablir le droit fondamental des enfants à être fécondés et à connaître leur père et leur mère biologiques, en dissociant légalement les unions homoparentales du mariage hétérosexué, pour, dans les deux statuts conjugaux, conserver la filiation biologique des enfants. Depuis le vote de la loi Taubira, on a vu plus clair entre les partisans de la suppression du mariage des personnes de même sexe, et donc de la filiation bio de leurs enfants,  et les partisans de sa réécriture en union civile sans modification de la filiation biologique de leurs enfants (L’Avenir pour Tous), pour réassigner le mariage au couple formé d’un homme et d’une femme. À l’horizon présidentiel 2017, l’enjeu n’est-il pas la complémentarité de tous ces défenseurs de l’Humain biologique face aux dérives technologiques marchandes, de la GPA au clonage reproductif ? Avec René Poujol (À la table des chrétiens de gauche) ou Arnaud Bouthéon (Sens commun), ce livre réunit douze témoins. Ils répondent aux questions de celle qui, avec Ludovine de La Rochère, les a tous rassemblés avec des millions de gens à leur suite en 2013. Nul doute que l’Année de la miséricorde amplifiera ce dialogue indispensable pour que la France, fille aînée de l’Église, devienne en 2017 la patrie des droits de l’« Humain plus fort que le Marché ».
Préface de Mgr Jean-Paul Vesco, évêque d’Oran

Qui suis-je pour juger ?
Salvator – 2014

« Où est la cohérence dans tout ça ? », demandait sournoisement Laurence Ferrari à Frigide Barjot sur le plateau de I-Télé le 30 août 2013, face aux explcations logiques de la présidente du nouvel Avenir pour Tous, continuité morale de la Manif pour Tous qu’elle avait initiée avec une poignée de rebelles un jour de septembre 2012. La cohérence des paroles et de l’action de Frigide Barjot explose avec ses convictions et son combat pour la famille biologique : elle est renforcée par celle du couple homo qui accepte, dans l’union civile, d’accueillir ses enfants nés d’un homme et d’une femme.  Voic le sens de ces « Confessions d’une catho républicaine » qui se bat pour le maintien de la vie humaine sexuée entre hommes et femmes aimants, amoureux ou amis, et ainsi dans toutes les formes de familles.

Confessions d’une catho branchée
Plon – 2011

Histoire du coming-out catho d’une branchée de la nuit gay et des plateaux télé.Frigide Barjot croit en Dieu : le Père, le Fils et le Saint-Esprit. Et prie la Vierge Marie avec son chapelet fluo. Pourtant, à première vue, sa Trinité à elle, c’était plutôt fêtes, alcool et rock’n roll. Jusqu’à son mariage avec Basile de Koch, la mort de ses parents et son meilleur ami homo, qui déclencha la naissance de ses enfants, Frigide était une catho light.
Au tournant des années 2000, devant le vieux monde et sa famille qui se désagrègent sous le poids des nouvelles technologies sans frontières, elle fait son coming out et vit désormais sa foi à 200%, sans y voir de contradiction avec la fête, bien au contraire!
Cet ouvrage raconte son parcours de Saint-Tropez au Saint-Esprit, de Ruquier à Benoît XVI, de Jacques Chirac à Jésus-Christ. Et sa révolte actuelle contre la vulgate anticatho mais pour la laïcité positive et expliquée à tous. Ses analyses cohérentes et argumentées sur le discours de l’Eglise catholique, qui s’élèvent contre les idées reçues dans une langue personnelle et incisive, rejoignent les questionnements actuels sur l’évolution de la religion et de la spiritualité.
Après la lecture de ce livre, on y croit. Sainte Frigide, priez pour nous !

Manuel de survie de la femme moderne
Presses de la Renaissance – 2007

La femme du XXIe siècle est soumise à un stress permanent. Coincée entre les joies du travail au bureau et celles des tâches ménagères en famille, elle doit en plus s’occuper à plein temps de ses enfants, de ses parents, sans pour autant négliger mari et amant(s). Heureusement, il y a Frigide Barjot ! Pour vous aider à survivre au milieu de tous les pièges et tracas d’un monde contemporain survolté, elle s’est penchée tour à tour sur les centres d’intérêt et les sources d’ennuis de la femme moderne. Elle livre ici à ses sœurs moult vérités dérangeantes et conseils décoiffants, issus de son expérience théorique et même pratique. Elle analyse, explique, conseille et, au passage, vide son sac ! Un ouvrage pas comme les autres, façonné par une femme pas comme les autres. Dans son style inimitable, entre Mme de Sévigné et Diam’s, Barjot dynamite, l’air de rien, tous les tabous du « fémininement correct« .

J’éduque mes parents
JC Lattès – 2004

L’éducation des enfants par les adultes relève autant de l’ignorance que de l’abus de pouvoir. Combien de mères indignes repoussent la petite main tendue vers le paquet de M & M’s et obligent bébé, souvent sous la menace, à avaler une infecte bouillie épinards-bananes ? Après tout, qui mieux que l’enfant sait ce dont il a besoin ? De la naissance à l’adolescence, tout ce qu’il faut faire pour que votre père et votre mère vous rendent la vie agréable :
– quelles histoires raconter aux parents pour les endormir ;
–  comment bien gérer leurs économies ;
– à quoi les occuper le week-end…
Dans ce guide, vous trouverez également des conseils avisés pour, par exemple, mettre au pas son instituteur, comprendre son pédopsychiatre ou… changer sa nounou.
Bref, pour venir à bout des adultes difficiles – qu’ils soient récalcitrants ou tout simplement dissipés. Un livre que tous les enfants, et en particulier les parents, doivent acheter d’urgence !

J’élève mon mari JC Lattès – 2001

LA VIE PRATIQUE DU MARI : horaires, menus types, lavage et soins divers. L’habillement, le sommeil et les conseils de santé.

LA VIE SOCIALE DU MARI : la semaine et le dimanche, loisirs, jeux et animaux, voyages et vacances.

LA PSYCHOLOGIE DU MARI : les cinq sens, développement psychomoteur, apprentissage de la propreté.

LA VIE SEXUELLE DU MARI…

Et aussi, les droits du mari, le mari gâté et le mari qui pleure, comment agir en cas de scène, que faire de sa mère… Et surtout, les fameux « trucs en plus » de Frigide !

   Send article as PDF   

L'Avenir pour Tous
dépend de vous :
faites un don !

Revenir en haut de la page