Le Vrai Débat : lever l’anonymat des semences à la fécondation par une loi de co-parentalité avec sexes ou PMA des géniteurs

Dans le cadre du Vrai Débat des Gilets Jaunes, voici la proposition N°1 de l’Avenir pour Tous

Malgré les Etats Généraux de la Bioéthique réalisés entre février et avril 2018, et la consultation populaire du CESE, qui s’est déroulée du 15 décembre 2018 au 4 janvier 2019, la loi dite de bioéthique qui révolutionne la procréation humaine avec l’ouverture d’un marché de PMA de gamètes anonymes pour toutes est INCONNUE du grand public.

Cette loi soit-disant bioéthique va autoriser des millions de femmes à pouvoir être fécondées avec des spermatozoïdes et des ovocytes anonymes, libres de propriété, congelés, numérisés et mis à disposition par l’anonymat volontaire des émetteurs qui ne veulent pas être les parents éducateurs. Aussi les gamètes sont aujourd’hui contrôlés par l’Etat avec les CECOSS mais la loi permettra demain à des cliniques privées de recueillir les ovocytes et les spermatozoïdes hors de tout contrôle de leurs émetteurs, qui ne savent donc pas quelle manipulation peut avoir lieu sur leurs gamètes pour rester « compétitifs » .

Outre la possibilité de trier, sélectionner et modifier l’ADN des semences germinales et des embryons pour les augmenter neurogénétiquement, comme c’est le cas en Chine en novembre 2018, ces manipulations sont autant de données numériques dont on ne sait rien des utilisations futures sur le marché bi-face (réception des données génétiques humaines, exploitation par les entreprises sans que les donneurs ne soient au courant.) Chaque personne donne ainsi gratuitement de l’ADN germinal, qui est modifié et numérisé pour construire la future Conscience Artificielle avec les données de l’Intelligence Humaine qui n’a aucune conscience de cela.

Car même si une femme en demande d’enfant connait et souhaite que telle personne soit le donneur/donneuse prêts à faire la PMA (insémination artificielle ou FIV), leurs semences doivent obligatoirement être anonymisées au CECOSS, et remplacées par celle d’un autre donneur anonyme.

En France, en dehors des couples HF, si pas d’anonymat, pas de PMA !

La PMA des géniteurs connus à la fécondation, en dehors du couple conjugal, est interdite en France !

C’est pourquoi nous demandons la levée universelle de l’anonymat des donneurs à la fécondation et leur inscription comme géniteurs dans l’acte de naissance de tout enfant.

Nous proposons que soit préféré pour toute femme, hors couples Homme-Femme, en demande d’enfant, une fécondation avec un homme non cohabitant, qui s’engage non pas dans une relation conjugale, mais co-parentale, pour éviter le recours aux semences ainsi anonymisées, modifiées et numérisées !

Concrètement, nous demandons que dans toutes les formes de familles qui ne peuvent pas procréer naturellement soit préféré ce mode de procréation responsable : il maintient le droit de propriété de l’homme ou la femme sur ses gamètes, qui sera donc le père de l’enfant connu dès la naissance; mais avec une étendue d’autorité parentale choisie et actée devant notaire.. C’est le seul moyen qui permette de garder le contrôle sur les semences et leurs données numériques, afin que la guerre commerciale de la fécondation/ »augmentation » génétique de démarre pas dans tous les pays !

Pour ce faire, nous demandons que soit mis en place une structure publique qui permette de mettre en contact des personnes humaines, hommes et femmes responsables, et non plus seulement leurs gamètes congelés. Ces personnes humaines apporteront intuitu personae leur concours pour la procréation de leur enfant, à des couples hétéros infertiles, à des couples homos comme à des hommes ou à des femmes célibataires. Ces personnes génitrices seront inscrites en tant que telles dans l’acte de naissance de l’enfant et pourront participer, selon une co-parentalité à géométrie déterminée entre les co-parents avant la conception, à l’éducation de l’enfant (simple inscription dans l’acte de naissance, droit de visite, délégation ou partage de l’autorité parentale, garde alternée …)

Nous demandons, pour les couples hétéros infertiles, pour les couples homos et pour les célibataires, la prise en compte d’une co-éducation solidaire et responsable des géniteurs et des éducateurs dans l’intérêt supérieur de l’enfant.

Cette pratique bioéthique de co-parentalité existe déjà depuis longtemps, et doit être promue comme solution alternative à l’extension de la PMA avec Fécondation In Vitro (FIV) de gamètes anonymeset transfert d’embryons anonymes manipulables génétiquement. Ainsi la Procréation Médicalement Assistée qui permet la FIV avec ou sans transfert d’embryons, jamais anonymes, sera réservée, indépendamment des formes de couples, aux seuls cas de stérilité médicalement constatée, après qu’aient été épuisées toutes les possibilités de fécondation naturelle ou par insémination manuelle ou médicale. En cas d’échec de la FIV avec transfert d’embryon non anomyme, il est toujours possible de choisir un autre co-parent.

Cette mesure de fécondation naturelle avec co-parentalité solidaire satisfait tant le droit de chaque enfant à connaître et voir reconnaître ses parents géniteurs, que le droit de chaque adulte à pouvoir être parent. Elle permet surtout d’éviter toute disparition du mode naturel de procréation pour des catégories spécifiques de la population. Ainsi, il n’y pas de risque de spéciation de l’espèce humaine, avec eugénisme par manipulation génétiques et numériques des gamètes et embryons. 

Ce mode de procréation bioéthique co-parentale n’est pas transhumain.

C’est pourquoi nous demandons que la loi de bioéthique soit soumise à un Referendum d’Initiative Citoyenne (RIC), avec les deux options à choisir entre coParentalité pour tous (Procréation naturelle ou PMA de géniteurs) et PMA anonyme pour toute.

BENEFICES APPORTÉS

Reconnaissance de toutes les familles

Pas de tri, ni sélection de gamètes

Pas de modification OGM à terme

Contrôle des semences et donc des données numériques

Ralentissement de l’autonomie et de la conscience de l’IA

 

ANNEXES

Pour consulter les différentes mesures, voici le rapport de la mission parlementaire Breton/Touraine
http://www.assemblee-nationale.fr/15/rap-info/i1572.asp#P1090_325205

Et le résumé de la loi sur le site www.avenirpourtous.fr

Projet de loi dit « bioéthique » d’ouverture 
d’une reproduction biotech-numérique à toute femme sans homme


   Send article as PDF   

L'Avenir pour Tous
dépend de vous :
faites un don !

Revenir en haut de la page