ARTICLE DU NOUVEL OBS’ : L’AMALGAME ÇA SUFFIT !

ARTICLE DU NOUVEL OBS’ : L’AMALGAME ÇA SUFFIT !

CLÔTURE DE LA CONSULTATION DU CESE

L’Avenir pour Tous remercie les plus de 3000 personnes qui ont voté pour ses propositions dont celle de Démocratie en Danger  » pour un RIC sur la loi de Bioéthique « 

Virginie Tellenne et Xavier Bongibault appellent les medias et réseaux numériques à en finir définitivement avec l’amalgame anti-démocratique entre
L’Avenir pour Tous, qui promeut une union civile co-parentale,
et les divers réseaux réclamant l’abrogation de la loi Taubira
sans statut homoparental alternatif.
Chers amis,

Avec Xavier Bongibault et toute l’équipe de L’AVenir pour Tous (LAVT) nous voulons vous remercier pour votre participation nombreuse à la consultation du Conseil Economique Social et Environnemental (CESE) ouverte à la demande des Gilets Jaunes, mais boudée par ces derniers. Vous avez pu faire passer notre demande de Referendum d’Initiative Citoyenne de la 6ème à la 3ème place sur plus de 9 000 propositions et 30 000 votants.

Vous avez ainsi simplement fait exister une demande récurrente des Gilets Jaunes sur le RIC et une demande indispensable à l’information de tous les citoyens sur la modification irréversible de leur procréation, qui va légalement passer de sexuée entre deux personnes homme et femme à asexuée unipersonnelle pour tout citoyen. Merci à vous de soutenir ce travail profondément démocratique!

Pour ceux qui n’ont pu voter, nous rappelons que notre demande est toujours active sur le site de Change.

En revanche nous nous étonnons des reprises presse qui se focalisent sur Virginie Tellenne comme ayant forcé une action coordonnée avec La Manif Pour Tous (LMPT), alors que nous en avons été exclus pour refus de cohabitation avec notre proposition de protection de la procréation sexuée entre hommes et femmes. Nous demandons qu’elle soit étendue aux couples de même sexe unis par l’union civile, et aux célibataires devenus parents par co-parentalité avec les géniteurs père et mère de leurs enfants.

Notre projet de co-parentalité, qui existe déjà dans les faits mais sans statut légal, est rejeté par les réseaux qui ont durci la position d’origine vis-à-vis de toute autre forme de famille que celle conjugale entre l’homme et la femme au vote de la loi Taubira. Cette intransigeance soudaine après 9 mois de cohabitation acceptant l’union civile a causé le départ de la tête des manifs de Virginie Tellenne en mai 2013.Depuis ce moment, les réseaux de La Manif pour Tous refusent l’idée-même de débattre de l’union civile co-parentale de L’Avenir pour Tous comme encore dans la consultation du CESE, en poussant l’abrogation de la loi Taubira. D’ailleurs nous mettons au défi quiconque de trouver la moindre réunion réunissant Virginie Tellenne et Ludovine de la Rochère depuis mai 2013 !

Par ailleurs nous nous étonnons que cette consultation ouverte à la demande des Gilets Jaunes, qui ont des leaders en possession de fichiers bien supérieurs en nombre à ceux de L’Avenir pour Tous, n’ait en aucun moment été investie par ceux-ci pour y faire valoir leurs revendications, telles que formulées justement sur des pétitions réunissant plus de 1,5 millions de personnes ! Reprises dans cette consultation officielle directement soumise aux autorités publiques, leurs demandes auraient largement réduit à sa mesure la demande d’abrogation de la loi Taubira arrivée en tête. Mais il semble que cette demande hors-sujet largement médiatisée, a intéressé beaucoup plus que celle du débat sur la loi de Bioéthique A VENIR et parfaitement inconnue du grand public. Les journalistes sont donc bien mal fondés, en l’absence des intéressés Gilets Jaunes, à reprocher à L’Avenir pour Tous de s’être investi : ils compensent en faisant indûment porter l’abrogation sur « Frigide Barjot », ce qui permet de mieux cacher le RIC sur la loi Bioéthique et la co-parentalité, ou de leur dénier la possibilité-même de participer à la consultation du CESE !

Il faut donc croire que le but des Gilets Jaunes et des medias n’est pas d’ouvrir le « grand débat national », mais de continuer à agiter les populations dans une perspective de radicalisation du mouvement, comme cela s’est produit samedi contre Benjamin Griveaux. Tout ceci n’aura qu’un seul bénéficiaire, Emmanuel Macron, qui sera légitime à se poser en redresseur à poigne de l’ordre public, poigne retrouvée notamment grâce à des mesures sécuritaires renforcées et qui empêcheront une juste mobilisation contre la loi de Bioéthique eu printemps.

Car manifestement la spécificité et la justesse des demande de L’Avenir pour Tous, qui ont pour objectif de négocier et pacifier la société, ne doivent pas avoir voir droit de cité.

Dans un article intiutlé « Gilets jaunes » : La Manif pour tous monopolise les propositions de la consultation nationale, et publié samedi à la mi-journée sur le site du Nouvel Obs, Timothé Vilars se livre à un amalgame entre La Manif Pour Tous et L’Avenir pour Tous – Démocratie en Danger.

Outre ce qui a été rappelé plus haut, nous voulons rappeler ce qui a présidé à notre demande de RIC sur la loi Bioéthique : nous l’avions déjà déposée sur Change le 19 décembre 2018, sans avoir connaissance, en l’absence de toute communication pendant les vacances de Noël, de la consultation du CESE. Ce n’est que le 1er janvier que nous l’avons découverte, et avons décidé de demander aux 5 000 signataires de la pétition de Démocratie en Danger de reporter leur signature au CESE ainsi que sur notre précédente demande des Etats Généraux de la Bioéthique sur l’union civile co-parentale.

Dans la dernière ligne droite, voyant que les réseaux avaient déposé leur demande d’abrogation, nous nous sommes concentrés sur la proposition du Référendum d’Initiative Citoyenne (RIC) sur la loi Bioéthique, qui est tout à fait légitime dans le débat comme :
• une demande d’actualité des citoyens,
•fondée sur le seul sujet qui nous concerne tous en 2019 : le changement ontologique de notre procréation sexuée par une reproduction individuelle sans géniteurs (PMA pour toutes). Ce fait transhumain est totalement inédit dans l’histoire de l’humanité.

Les réseaux LMPT, ici sous diverses identités (Collectif ONLR, HubAN2019, Bouglé, Institut Justice…) n’abordent pas le sujet de la loi Bioéthique qui contient ce changement ontologique de procréation, mais grâce à leurs multiples réseaux, l’ont remplacé en tête par leur outil de destruction massive : l' »abrogation » ! Elle radicalise par l’exclusion des homosexuels de la communauté humaine procréative, permise par la maîtrise des nouvelles technologies qui elle-même s’étend par l’anonymat des gamètes aux individus célibataires. Notre humanité est pulvérisée en millions d’individus reliés entre eux par l’IA et les réseaux numériques, et plus par la sexuation procréative homme-femme.

Or c’est de cette exclusion que se servent les autres réseaux, LGBTQI, pour instrumentaliser l’homophobie au « profit » de la seule association pro-famille co-parentale, et ainsi pour discréditer la demande légitime de maintien de la procréation, pour tout enfant et dans toute forme de famille, donc pour toute notre humanité sexuée.Cette stratégie, aussi légitime semble-t-elle à ces réseaux, n’est pas celle de L’Avenir pour Tous, qui préfère une approche plus juste en terme d’actualité, de vrais débats, de solidarité sociale, de réalisme ontologique.

C’est pour cela que, contrairement à ce qu’écrit Timothé Vilars, nous rappelons que L’Avenir pour Tous, association « mère » du collectif Démocratie en Danger :

  • n’est pas une émanation de La Manif Pour Tous, mais la continuation d’un collectif lui pré-existant, le Collectif pour l’Humanité Durable, co-fondateur par Virginie Tellenne et Xavier Bongibault des premières manifs de préservation de la procréation entre l’homme et la femme sur la base de l’union civile co-parentale « tous nés d’un homme et d’une femme dans toutes les formes de familles« ;
  • n’a pas pour objectif principal de « réécrire la loi Taubira » mais de proposer une alternative éthique à l’extension de la PMA marchande de gamètes anonymes à toutes femmes, la coparentalité qui préserve la filiation et procréation sexuée des enfants. De fait le mécanisme de suppression de la filiation sexuée des enfants est empêché par cette proposition qui la restaure, sans remettre en cause les familles des personnes de même sexe;
  • L’Avenir pour Tous ne peut en aucun cas appartenir aux réseaux de l’abrogation de la loi Taubira, et ne doit plus JAMAIS être mentionnée à ce titre comme réseau de La Manif pour Tous.
Pour en finir avec les approximations et les amalgames, nous demandons à Thimothé Vilars, comme à tous les journalistes qui s’en serviront, de rétablir l’ensemble de cette vérité.
Bonne année à tous !
Virginie Tellenne – Frigide Barjot
Xavier Bongibault
www.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF   

L'Avenir pour Tous
dépend de vous :
faites un don !

Revenir en haut de la page