Questionnaire – Egalité homme-femme et filiation des enfants

Questionnaire – Egalité homme-femme et filiation des enfants

Tous nés d’un homme et d’une femme dans nos diversités

Lundi 5 juin 2017

Questionnaire en vue des législatives

Quel avenir pour l’égalité de filiation

et de naissance des enfants

face à la politique d’égalité reproductive 

des adultes d’Emmanuel Macron ?

OBJET : Questionnaire de 8 items à remplir ici, ou à télécharger en version papier ici.
REFERENCES :
Programme reproductif et génésique En Marche consultable ici
Programme écologique de la filiation de L’Avenir pour Tous consultable ici

Madame la candidate,
Monsieur le candidat,

Le nouveau président de la République française, Emmanuel Macron, a un programme très complet, et énoncé sur plusieurs supports, en ce qui concerne l’égalité reproductive entre les femmes et les hommes, par l’ouverture de la procréation marchande pour tous et dans tous les cas : célibataires, couples homme-femme ou couples d’hommes et de femmes.

Les principales mesures annoncées concernent la légalisation de la PMA avec géniteur anonyme pour toutes les femmes et la reconnaissance de la mère ou d’un deuxième « père » non biologique, effaçant le/la géniteur/trice par une filiation d’intention hors sexe, pour la GPA.

Emmanuel Macron a nommé Marlène Schiappa secrétaire d’Etat à l’égalité des femmes et des hommes pour la PMA, tandis que c’est la Cour de Cassation qui se prononcera le 5 juillet prochain sur la filiation d’intention pour la GPA. Cette filiation non biologique existe pour les couples de femmes depuis la loi Taubira d’adoption plénière homosexuelle, ou filiation d’intention hors sexe. Elle sera alors rendue universelle avec son ouverture pour les femmes seules, les couples d’hommes et les couples homme-femme infertiles, ou refusant de porter l’enfant, pour le faire porter par GPA.

Il s’agit donc de mettre en place un nouveau paradigme reproductif marchand importé des institutions supra-nationales (ONU, OMS, UE, …). Comme tel, il donnera lieu à une police d’application, avec des opérations aléatoires de contrôles et de dénonciations publiques des entreprises et des particuliers ne respectant pas les normes « anti-homophobie », c’est-a-dire n’appliquant pas la doxa reproductive, sexuelle et génésique LGBTQI.

Ce sont les nouvelles bases de notre Humanité.

Sans les moindres publicité ni débat dans la campagne, sont ainsi clairement définis les moyens du remplacement de la procréation naturelle – et gratuite – entre l’homme et la femme par des «droits» et actes reproductifs individuels – et payants – permettant l’obtention marchande d’enfant par l’appropriation de gamètes dissociées des géniteurs biologiques. On assiste à la disparition juridique de la filiation biologique combinée avec la mise dans le commerce de gamètes et embryons anonymes. C’est bien la mutation de l’espèce humaine qui s’opère sous nos yeux aveugles, dans l’inversion de son principe reproductif.Cette mutation a été mise en marche par la loi Taubira du 17 mai 2013 qui en inversant le principe de filiation biologique universelle, défait l’unité de l’Humanité. Pour autant, elle n’assure pas une égalité sociale entre les femmes et les hommes. Ces derniers sont laissés pour compte dans la Procréation Marchande Anonyme et individuelle avec géniteur inconnu (PMA) et l’on verra le 5 juillet si le conjoint non géniteur dans les couples d’hommes aura ou non accès à la reproduction par Gestation Pour Argent anonyme (GPA).

Le grand absent est donc l’enfant : l’ensemble de ces propositions entraîne un conflit d’intérêt majeur avec ses droits de filiation. Ni le respect du schéma biologique de sa naissance, ni la connaissance de ses géniteurs homme et femme, ni l’inscription de ses géniteurs homme et femme sur son acte de naissance, ni le respect du principe d’éducation de l’enfant par ses géniteurs père et mère, sauf cas fortuit ou de force majeure… Rien n’est conservé et tout est désormais occulté par un principe législatif exactement inversé : les parents sont par principe des éducateurs se servant sur un marché mondial de gamètes et d’embryons anonymisés. Ils ne sont plus les géniteurs, par principe effacés dans l’anonymat du dossier d’engendrement.

Ce programme des droits reproductifs individuels hors sexe organise placidement le dépassement humain de l’état de nature dans la transhumanité. Les plus grands spécialistes, croyants comme athées, font le même constat et, pour la plupart, en déplorent les conséquences pour les enfants. C’est le cas de Laurent Alexandre, spécialiste incontesté du transhumanisme : ce non-croyant annonce jusque dans les milieux les plus catholiques que le but est bien la mutation génétique des enfant.

Pourtant une large majorité de Français (64%, sondage Ifop mai 2013, 54% Ifop septembre 2015) avait nettement fait le choix de conserver la seule filiation biologique des enfants PAR l’égalité sociale des couples de même sexe, dans une union civile biologique, c’est-à-dire sans filiation autre que biologique : de janvier à mai 2013 ils l’ont dit par millions dans la rue, puis par la victoire de la droite à toutes les élections intermédiaires, et enfin explicitement, aux primaires de la droite et du centre remportées à 66% par François Fillon, le seul candidat constant depuis janvier 2013 à vouloir rétablir la filiation biologique universelle.

Cependant, en mai 2013, une campagne médiatico-judiciaire sans précédent, alliée à de vives dissensions internes, a eu raison de l’unité du mouvement populaire; en 2017, une nouvelle campagne médiatico-judiciaire à charge, alliée à de vives dissensions internes, a eu raison de la probité et de l’élection de François Fillon; et enfin, l’échec retentissant du débat d’entre-deux tours a permis, à dessein, une large élection du programme reproductif et génésique d’Emmanuel Macron. Aujourd’hui, même Les Républicains ont abandonné toute défense de la filiation-procréation biologique de l’enfant, au profit de la même « égalité » reproductive homme-femme. Quant au FN, il n’aborde pas plus le sujet et sert avant tout de « boomerang » en faveur de la majorité absolue – et reproductive – d’Emmanuel Macron.

Aujourd’hui, seul L’Avenir pour Tous continue de proposer dans son programme proFiliation écologique la solution largement majoritaire et visible en janvier et mars 2013 prônant l’égalité des personnes hommes et femmes et des couples (homme-femme, d’hommes, de femmes) par l’égalité de la filiation et de la naissance homme-femme de leurs enfants.

Face au programme En Marche vers l’inversion ontologique de l’Humanité, nous souhaiterions, Madame, Monsieur le candidat(e), connaître votre position sur les propositions d’Emmanuel Macron, afin de savoir si le président de la République et son nouveau gouvernement auront la majorité nécessaire pour appliquer cette avancée du marché de la reproduction individuelle hors sexe; ou si, au contraire, vous protégerez à l’Assemblée nationale les droits des enfants à connaître leurs géniteurs, par principe leurs parents. Vous avez compris que nous attendons de savoir si vous défendrez l’écologie homme-femme nationale de notre Humanité, face à l’économie reproductive mondiale du transhumanisme.

Nous vous remercions de nous informer de votre intention de vote sur leshuit propositions issues du programme d’Emmanuel Macron ainsi que sur les deux contre-propositions de L’Avenir pour Tous que vous trouverez dans notre questionnaire.

Vos résultats, ou leur absence, seront publiés via l’ensemble de nos supports de communication (mails à 400 000 contacts, site internet, réseaux sociaux, réunions publiques…) afin d’informer au mieux les Français sensibilisés qui avaient défilé avec nous, mais qui sont aujourd’hui largement sous-informés et démobilisés sur ce sujet vital.

Nous sommes par ailleurs désireux de vous rencontrer pour approfondir vos réponses. Nous vous remercions de nous indiquer si vous souhaitez ou non cette rencontre.

En vous remerciant de votre envoi indispensable pour éclairer le choix de nos concitoyens sur cette mutation sans précédent dans l’histoire de la France et de l’Humanité,veuillez agréer, Madame, Monsieur le candidat(e), l’assurance de nos sentiments citoyens et républicains.

Virginie Tellenne
Déléguée générale de L’Avenir pour Tous
9, rue du Docteur Finlay – 75015 Paris
[email protected]
06 09 62 00 31

L'Avenir pour Tous
dépend de vous :
faites un don !

Revenir en haut de la page